EL FUNDI

El Fundi – Dans les arènes d’Arles, seul contre six toros.

Feria du Riz - Corrida concours de ganaderias le 10 septembre 2006.

En témoignage de gratitude envers l’aficion française El Fundi a combattu six toros lors d’une corrida concours en assumant seul la lidia. Dans l’histoire de la tauromachie, une poignée de toreros a tenté pareil exploit.



El Fundi – Dans les arènes d’Arles, seul contre six toros.

Le défi du Fundi.

Il faut chercher profondément dans l’histoire de la tauromachie pour trouver une trace d’une corrida concours combattue par un seul torero.

On y trouve deux témoignages : Celui auquel participa Luis Miguel Dominguin au début des années 60 au Puerto de Santa Maria, et la lidia du maestro Manzanares à Ronda en 1988, au cours de laquelle, le toro « Peleon » de Guardiola fut gracié. Depuis, sous nos latitudes, cet exploit n’avait pas été récidivé.

Ainsi, le défi qu’El Fundi a conclu le 10 septembre 2006 dans les arènes d’Arles revêt un caractère historique et une première en France, d’autant que le maestro ne s’était risqué à combattre seul six toros qu’à une seule occasion. C’était déjà à Arles en 1990, mais expérience interrompue par une blessure reçue face au cinquième.

Torero « largo » par excellence, digne, aussi serein et posé à la muleta que redoutable d’efficacité avec les aciers, El Fundi possède les qualités des grands professionnels qui ont été concrétisées l’an passé par le Prix Popelin, suite à une temporada exemplaire.

C’est donc dans une plaza remplie aux trois quarts, que près de 10000 aficionados ont applaudi l’encerrona d’ El Fundi, cinquième et dernière tarde de la Féria du Riz, en présence de sa mère, de son épouse et de sa fille dans les tribunes.

Suivant leur sortie dans l’ordre d’ancienneté des ganaderias, les toros présentés appartenaient aux ganaderias de Andrés Ramos, Valdefresno, Tardieu, Aime Gallon, Domingo Hernandez, H.C. Perez Taberno – refusé, remplacé par un sobrero de Andrés Ramos.

Le toro primé fut le cinquième, Osado, castaño claro de 540 kg., né en septembre 2002, et il fut gratifié d’une vuelta al ruedo posthume.

En ce qui concerne El Fundi, sa performance physique s’est avérée remarquable, autant que sa sortie à hombros sous la longue ovation chaleureuse d’un public conscient d’avoir participé à l'écriture d'une page d'histoire. Elle s’est traduite par : saluts, silence, deux oreilles, saluts, oreille et oreille. Avec toutefois en mémoire une grosse frayeur avec ce sobrero qui faillit le cueillir « in fine » au moment le plus imprévisible.

Pour consulter l'album photo d' El Fundi, cliquer ICI

El Fundi – Dans les arènes d’Arles, seul contre six toros.

La corrida concours de ganaderias.

L’originalité et le but d’une corrida concours est de mettre en valeur les critères fondamentaux du taureau de combat, en premier sa bravoure (caractéristique et honneur du toro bravo) et tout au long de la course , son alegria (charge à la moindre sollicitation), son poder (pouvoir du toro, puissance).

C’est pourquoi le maestro et sa cuadrilla doivent tout mettre en œuvre pour que leurs adversaires puissent exprimer toutes leurs qualités, grâce a une lidia adaptée.

Ordre de sortie.
Les toros sortent par ordre d’ancienneté de l’élevage (ganaderia). Il n’y a donc pas de sorteo (tirage au sort). En cas de remplacement d’un ou plusieurs toros, avant ou pendant la corrida, les sobreros (toros de réserve) sont lidiés hors-concours, dans l’ordre de sortie des toros qu’ils remplacent et sont piqués, dans les mêmes conditions que les toros de concours.

Le tercio de piques.
Principal critère de jugement, la bravoure d’un toro se manifeste lors du tercio de piques. Sont à analyser : le nombre de rencontres avec le picador, la façon de s’élancer vers le cheval et surtout la manière de pousser vers le châtiment.
Si un toro se révèle manso (peureux, couard) et refuse de venir au cheval dans la zone déterminée, le matador a le droit, après accord de la présidence, de faire piquer son toro dans un autre terrain.

Le jury.
Un jury est chargé de noter les différents acteurs de la corrida, afin d’attribuer les prix qui seront annoncés à l’issue du spectacle :

Le meilleur toro : il doit recevoir au moins deux rencontres lors du tercio de piques, les caractéristiques de son comportement sont également jugées – longueur des charges, alegria, noblesse, puissance, …

Le meilleur picador : le tercio de piques étant déterminant pour la réussite du concours, un prix est remis au meilleur picador (cite, distance, exactitude du puyazo, …)

Peuvent être également jugés le maestro et sa cuadrilla suivant la manière de mettre en valeur et en situation le toro afin qu’il puisse exprimer toute ses qualités.

Mercredi 13 Septembre 2006
Yvan MARCOU
Lu 6754 fois

Voir dans la même rubrique :

Féria d'Arles - 27/03/2008

EL FUNDI - 21/04/2006

CORRIDA FORMELLE - NOVILLADA PIQUÉE. | EL FUNDI | LE BOLSIN. | CORRIDA DE REJONS. | COURSE CAMARGAISE.