CULTURE - ARTS PLURIELS & ARTISANAT TRADITIONNEL

Berthe MORISOT - Regards pluriels.

EXPOSITION - Musée de Lodève du 17 juin au 29 octobre 2006.

Les formes sont toujours vagues dans les tableaux de Mme Berthe Morisot, mais une vie étrange les anime. L’artiste a trouvé le moyen de fixer les chatoiements, Les lueurs produites sur les choses et l’air qui les enveloppe…le rose, le vert pâle, la lumière vaguement dorée, chantent avec une harmonie inexprimable. Nul ne représente l’impressionnisme avec un talent plus raffiné, avec plus d’autorité que Mme Morisot.
Gustave Geoffroy, « L’exposition des artistes indépendants », in La Justice, 19 avril 1881



Berthe Morisot - autoportrait 1885 (huile sur toile)
Berthe Morisot - autoportrait 1885 (huile sur toile)

Une éducation conventionnelle.

Issue d’une famille aisée et cultivée, Berthe Morisot a découvert la peinture au travers de l’éducation conventionnelle d’une jeune fille de bonne famille au XIXème siècle, en amateur, en suivant des cours particuliers (auprès de Corot notamment). Mais elle décide très vite d’en faire un métier – option révolutionnaire à l’époque- malgré les conditions d’apprentissage difficiles pour une femme, le carcan des conventions, les pressions sociales et familiales.

Egalement aidée par les relations amicales qu’elle entretient avec le milieu artistique d’avant-garde et notamment Edouard Manet, Berthe Morisot hérite de la nouvelle tendance qui privilégie, chez ces peintres, les scènes « bourgeoises » de plein air et d’intérieur propres à la vie de leur temps. Elle peut ainsi s’inscrire dans cette voie moderniste, quelles que soient les contraintes de confinement domestique auxquelles la société soumet alors les femmes, heureusement portée par sa nature vers un choix de sujets (enfants, famille, paysages …) qui s’avère aussi « respectable ».

N’ayant pas à s’opposer à la bienséance et malgré les handicaps dus à son sexe qu’elle doit surmonter, elle peut concilier sa vie de peintre d’avant-garde et de femme. Souvent insatisfaite de sa propre création, elle travaille avec persévérance à devenir artiste professionnelle avant de pouvoir se créer une place de premier plan au sein du groupe des Impressionnistes.

Sur la terrasse - 1874 (huile sur toile)
Sur la terrasse - 1874 (huile sur toile)

Intimité féminine.

Aux côtés des nombreux paysages qui jalonnent sa production, ce sont les scènes d’intimité féminine qui demeurent son principal sujet de prédilection, dans une œuvre très largement dominée par les portraits féminins.

C’est précisément le regard d’une femme peintre sur les femmes de son époque – femmes dans leur intimité, dans leur cercle familial, femmes se livrant à des occupations mondaines ou de loisirs, femmes de condition plus modeste saisies dans leur travail quotidien - que cette exposition se propose d’explorer.

Elle met ainsi en évidence tout autant le caractère singulier, troublant, impalpable et énigmatique d’une œuvre en apparence légère et gracieuse, qu’une extrême liberté, à la fois technique et formelle –notamment l’interférence créée entre espaces intérieurs et extérieurs- qui ouvre largement la voie à une génération suivante, un Lautrec ou un Bonnard par exemple.

Berthe MORISOT - Regards pluriels.

Un catalogue de très grande qualité.

Le catalogue qui accompagne l’exposition réunit des essais synthétiques et analytiques – notamment : la réception de son œuvre par les critiques de l’époque, un éclairage historique sur ses relations avec les Institutions, la présence de ses œuvres dans les collections de ses amis impressionnistes dont elle obtint rapidement la reconnaissance - déchiffrant à la fois l’œuvre et une personnalité qui occupa pendant plusieurs décennies une place exceptionnelle dans la société intellectuelle parisienne.

Organisée par le Musée de Lodève, elle a reçu le soutien du Ministère de la Culture- Direction régionale des affaires culturelles Languedoc-Roussillon et du Conseil Général de l’Hérault. Elle bénéficie de l’aide du Crédit Agricole du Midi.

Eugène Manet à l'île de Wight - 1875 (Huile sur toile)
Eugène Manet à l'île de Wight - 1875 (Huile sur toile)

Une rétrospective de l'œuvre.

Cette exposition, qui ne se veut pas rétrospective, rassemble environ soixante œuvres (peintures et dessins) provenant de galeries et collections privées internationales et de Musées français et étrangers .

On peut citer parmi les œuvres exposées, notamment:
- Marine en Angleterre, 1875, (Newark Museum, Etats-Unis) ;
- Jeune femme au divan, 1885, (Londres, The Tate Gallery) ;
- Portrait de Mme Pontillon ou Jeune femme à sa fenêtre,1869, (National Gallery of Art , Washington);
- Sur la Terrasse, 1874, (Tokyo Fuji Art Museum) ;
- Intérieur de cottage, 1886, ( Bruxelles, Musée d’Ixelles) ;
- Les enfants de Gabriel Thomas, 1894, (Musée d’Orsay, Paris);
- Autoportrait, 1885 (un des trois seuls qu’elle ait peint);
- Bergère couchée, 1891, (Musée Marmottan, Paris).


Intérieur de cottage - 1886 (huile sur toile)
Intérieur de cottage - 1886 (huile sur toile)

Vendredi 26 Mai 2006
Yvan MARCOU
Lu 14778 fois

ACTUALITÉ | REPORTAGES | BAGNES DE GUYANE | CULTURE - ARTS PLURIELS & ARTISANAT TRADITIONNEL | PATRIMOINE - ARCHITECTURE | TOURISME | SCIENCE & TECHNOLOGIE | ESPACE | MILITAIRE - ARMÉES | Photos - SPORTS | Photos - FAUNE | Photos - FLORE | Photos insolites | Photos - GRAPHISME | Photos - MODE | Photos - MONUMENTS | Photos - PAYSAGES | Photos - PEUPLES DU MONDE | Photos - ACTEURS POLITIQUES | Photos - VIP | Photos - TAUROMACHIE | LIVRE D'OR | Histoire d'Image Plus | Conditions de vente | Annonces légales