CULTURE - ARTS PLURIELS & ARTISANAT TRADITIONNEL

KISLING

Exposé au musée de Lodève (34)



du 14 juin au 2 novembre 2008.

Le Musée de Lodève organise, du 14 juin au 2 novembre 2008, une importante exposition consacrée à Kisling. C'est la première exposition consacrée à cet artiste par un musée français.

Elle centre son propos d’une part sur la première partie de la production du peintre depuis son arrivée à Paris en 1910 jusqu’au lendemain de la Première Guerre mondiale, d’autre part sur sa période de maturité qui, au cours des années 1930-1950, le conduit à rechercher un rapprochement avec la grande tradition.

Provenant de Musées français, du Musée du Petit Palais de Genève qui conserve la plus importante collection de Kisling au monde, de collections particulières européennes et israëliennes.

La majorité des toiles exposées sont consultables en cliquant ICI, dont de remarquables natures mortes, des paysages saisissants et des personnalités contemporaines comme le nu exceptionnel de réalisme de l'actrice Arletty, exécuté en 1933 et représenté ci dessous.
Nu d'Arletty (1933) - photo Yvan Marcou
Nu d'Arletty (1933) - photo Yvan Marcou

KISLING

D’origine polonaise, né à Cracovie en 1891, il fait partie de ces peintres juifs qui quittent leur pays avant la Première Guerre mondiale, pour rejoindre ce qui sera plus tard nommé l’École de Paris, et venir se frotter à l’ébullition artistique parisienne.

C’est sur les conseils de Jozef Pankiewicz, son professeur aux Beauxarts de Cracovie, qu’il s’installe à Paris en 1910. Il rencontre très vite les acteurs majeurs de l’avant-garde, dont Juan Gris et Picasso, puis Soutine et Modigliani avec lequel il lie une profonde amitié. Il fréquente assidûment la Rotonde ou le Dôme, défrayant parfois la chronique.

Son fameux atelier à côté du jardin du Luxembourg, rue Joseph Bara, dès 1912, devient le rendez-vous très animé de nombreux artistes,peintres ou écrivains (dont Max Jacob, Cocteau, Radiguet...) et artistes expatriés auxquels il vient souvent en aide.

En 1919, après son exposition à la galerie Druet, c’est le succès : Kisling est désormais célèbre et délivré de soucis financiers. Il participe à de très nombreuses expositions à l’étranger et à la plupart des Salons parisiens. Sa notoriété ne se démentira plus jusqu’en 1940, date de son départ pour les Etats-Unis, auquel le contraint l’arrivée des nazis en France, après l’armistice.

Il retourne en France en 1946. Il s’installe alors à Sanary, dans le Midi, dans la villa « La Baie » achevée en 1938, et dans laquelle il fait construire un atelier, qu’il occupera alternativement avec celui de la rue du Val de Grâce à Paris.

Très apprécié d’un large public de son vivant, il reçoit la reconnaissance officielle de son travail avec la promotion au grade d’Officier de la Légion d’Honneur en 1950, avant de s’éteindre en 1953 à Sanary, après sa dernière exposition à Cagnes-sur mer.
La sieste à Saint-Tropez - Kisling avec Renée (1916) - photo Yvan Marcou
La sieste à Saint-Tropez - Kisling avec Renée (1916) - photo Yvan Marcou

Femme au châle polonais (1928) - photo Yvan Marcou
Femme au châle polonais (1928) - photo Yvan Marcou

De multiples influences « au service d’une nouvelle volonté expressive », résolument personnelle.

Si l’Ecole de Paris, selon Emmanuelle Tenailleau, « est une digestion fastueuse du Louvre et des dernières avant-gardes » Kisling s’inscrit en plein dans cette définition.

Ses oeuvres (portraits – dont un grand nombre de nus féminins-, natures mortes, paysages…), d’abord nourries d’influences cézanniennes puis des premières approches du cubisme, révèlent ensuite un intérêt profond pour la peinture classique italienne et flamande, avant de s’inscrire dans le retour à la figuration des années 20 et de répondre à une forte préoccupation de synthèse des formes. Elles s’affranchissent en tout cas désormais de l’avant-garde cubiste pour dessiner –ce qu’André Salmon nomme son « naturalisme organisé »- les volumes adoucis d’un univers tout à fait personnel.

Cette diversité d’inspiration qui le rapproche tour à tour de Cézanne, Picasso, Gris, les Fauves, Derain, Modigliani, voire Matisse, Renoir, ou Ingres…, se concentre en « une nouvelle volonté expressive », selon Itzhak Golberg, qui lui est propre. Car jamais Kisling ne se laissera enfermer dans un quelconque dogme, restant fidèle à ce « réalisme informé d’émotion », selon Einstein dans sa Negerplastik, et ce «don de la forme » profondément décoratif qu’on lui accorde sans conteste.

Soutenues par une palette chatoyante d’une magnifique diversité, par la maîtrise d’une technique à l’ancienne sans faille, empreintes de ce bonheur de vivre, de cette sensualité qui caractérisent son art, les toiles de Kisling reflètent, non pas la représentation de l’existant, mais, comme le décrit Jean-Marie Tasset, « la projection originale et personnelle d’une réalité pas encore révélée », qui, complète Kisling, demande à l’artiste de « s’abandonner à l’instinct tout en maintenant le contrôle de sa raison».

Malgré une notoriété qui ne s’est pas démentie de 1910 à 1945, Kisling, qui fut l’un des plus célèbres parmi les peintres de l’Ecole de Paris, est aujourd’hui injustement délaissé. Même s’il s’est parfois laissé aller à une certaine facilité lucrative, il n’en reste pas moins que beaucoup de ses peintures font montre d’un véritable talent.

Peut-être ce dédain est-il aussi dû à sa désaffection des aventures modernistes pour revenir à la figuration ? En tout cas, la munificence et la complexité de sa palette, la science de ses compositions, de sa technique, et l’originalité d’un style qu’il s’est personnellement construit entre grande tradition et modernité, méritent une nouvelle lecture.

Le catalogue qui accompagne l’exposition réunit des essais synthétiques et analytiques déchiffrant à la fois l’oeuvre et la personnalité de l’artiste.

Organisée par le Musée de Lodève, commissariat général Maïthé Vallès-Bled conservateur du Musée-, elle a reçu le soutien du Ministère de la Culture-Direction régionale des affaires culturelles Languedoc-Roussillon et du Conseil Général de l’Hérault , et le partenariat de Midi Libre .

Cette exposition exceptionnelle s'inscrit dans la veine des précédentes présentées en ces lieux.

Contacts:
Musée de Lodève. Square Georges Auric, 34700 Lodève

Ouvert tous les jours sauf le lundi, de 9h 30 à 18h.
Tel : 04 67 88 86 10 - Fax : 04 67 44 48 33
www.lodeve.com

Tarif normal : 7€
Visite commentée 1€
Tarif réduit (groupes au-dessus de 10 personnes ) : 5,5€
Tarif Perles Vertes : 5,5€
Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans et les chômeurs
Tarif par classe : 24€
Gratuité pour les élèves du canton de Lodève et du Caylar

Musée Fleury de Lodève - photo Yvan Marcou
Musée Fleury de Lodève - photo Yvan Marcou

Autoportrait (1944) - photo Yvan Marcou
Autoportrait (1944) - photo Yvan Marcou

Dimanche 15 Juin 2008
Yvan MARCOU
Lu 6928 fois

Nouveau commentaire :

ACTUALITÉ | REPORTAGES | BAGNES DE GUYANE | CULTURE - ARTS PLURIELS & ARTISANAT TRADITIONNEL | PATRIMOINE - ARCHITECTURE | TOURISME | SCIENCE & TECHNOLOGIE | ESPACE | MILITAIRE - ARMÉES | Photos - SPORTS | Photos - FAUNE | Photos - FLORE | Photos insolites | Photos - GRAPHISME | Photos - MODE | Photos - MONUMENTS | Photos - PAYSAGES | Photos - PEUPLES DU MONDE | Photos - ACTEURS POLITIQUES | Photos - VIP | Photos - TAUROMACHIE | LIVRE D'OR | Histoire d'Image Plus | Conditions de vente | Annonces légales